Argentré

Restez informé

En renseignant mon email, j’accepte la politique de confidentialité

Accueil > La mairie > Vie municipale > Expression de la minorité

Expression de la minorité

Tribune d’avril - mai 2022

(Tribunes précédentes en téléchargement ci-contre)

Autocratie - Démocratie

« Tout le monde parle de paix mais personne n’éduque à la paix. On éduque pour la compétition, et la compétition marque le début de toutes les guerres. Quand on éduquera pour la coopération et pour nous offrir les uns les autres de la solidarité, ce jour-là alors on éduquera à la paix. » Maria Montessori.

Nous vivons une période trouble. Ce que nous pensions inimaginable revient à nouveau. Cette guerre en Ukraine est une guerre où s’opposent deux visions du monde : l’autocratie et la démocratie.

Or, l’apprentissage de la démocratie ne commence-t-elle pas par le premier échelon de notre organisation citoyenne : la commune ?

La loi 3DS (différenciation, décentralisation, déconcentration et simplification), publiée au JO le 22 février dernier, fruit d’une méthode basée sur la concertation, le dialogue et la proximité, tente de redonner des marges de manœuvre aux élus locaux.

Face aux jeux de transferts de compétences entre les communes et leurs communautés d’agglomérations (ou autres instances), il s’agit d’étudier ce qui est le mieux géré par les communes d’une part et, d’autre part, ce qui l’est mieux par la communauté d’agglomérations. Aussi, l’échelon communal doit être sanctuarisé pour garantir l’efficacité des actions à mener.

A ce niveau-là, la concertation doit être pleine et entière entre majorité et minorité de toutes sortes. Toutes idées ou divergences doivent être entendues. C’est là que doit se situer l’éducation de notre «  vivre ensemble ».

Il y a presque deux ans, ont eu lieu des élections municipales. Des mots de campagne de Monsieur le Maire résonnent en moi : «  Proche de vous » et « Je serai le maire de tous les argentréens ».

Et pourtant, le bilan est dur : 43% des électeurs ne sont pas écoutés et sont ainsi évincés du débat démocratique. En effet, nous, vos représentants, n’avons jamais le droit de cité. Nous sommes décriés, rendus responsables de freiner les actions. Il n’existe aucune concertation. Les commissions sont, selon la propre expression de M. le Maire, des réunions d’information, et encore…de ce qu’on veut bien nous dire.

Est-ce cela une démarche démocratique ? je ne le pense pas. Autour de la table, nous pourrions réfléchir ensemble, élus et citoyens, sur la base de nos diverses compétences réunies. Il n’en est rien : plus de conseil de quartier, pas de conseil des sages…Et vous, qu’en pensez-vous ? Partageons nos idées.

Préservons notre échelon communal pour une démocratie active.

Christian Hamelot

christian.hamelot gmail.com




Argentré
Argentré